Le tryptophane un acide aminé pour la musculation

Le tryptophane est un acide aminé essentiel au fonctionnement de l'organisme. Il aide à la construction musculaire, d'où son importance en musculation.

Il existe une vingtaine d'acides aminés qui assurent la synthèse des protéines, au niveau de l'organisme. Le L-tryptophane en fait partie. Il s'agit d'un acide aminé essentiel à l'organisme. Ce qui signifie que le corps n'est pas en mesure de le produire, si bien qu'il faudra en consommer à travers les aliments ou les compléments nutritionnels. Pour les pratiquants de la musculation, inconditionnels des suppléments nutritionnels protéinés, le tryptophane est un nutriment indispensable à leur prise de poids musculaire. En effet, la L-tryptophane est un précurseur du métabolisme de la sérotonine. Dans le corps, après sa consommation et son assimilation, et sous l'influence d'un suc spécifique appelé tryophane hydroxylase, il est converti en L-5-hydroxytrytophane qui sera à son tour métabolisé en sérotonine, grâce à l'action des ases décarboxylases. La sérotonine est en réalité un neurotransmetteur ayant pour rôle de régulariser le moral et l'humeur et du moral. Cet acide aminé est également à l'origine de la synthèse de la mélatonine, que l'on connait surtout pour être l'hormone du sommeil. Enfin, il intervient également dans la synthèse de la niacine ou vitamine B3.

La dépendance in vivo des acides aminés

Les acides aminés se trouvent dans les aliments naturellement riches en protéines. Bien entendu, les aliments d'origine animale ont plus de capacité à fournir un aminogramme complet, comparé aux aliments d'origine végétale. La seule exception est le soja. On retrouve donc le tryptophane dans les protéines de lait, mais également dans le poisson, les oeufs, la viande, les fruits secs et les féculents. Ce nutriment n'est pas toujours bien assimilé, ni bien synthétisé par l'organisme, principalement au niveau cérébral. En général, le cerveau reçoit moins de 1 % d'absorbé, en raison de la barrière hémato-encéphalique, qui est chargé d'empêcher que les toxines puissent pénétrer dans le cerveau. Le passage par les molécules appelées neurotransporteurs est donc contrôlé par cette barrière. Il se partage ses transporteurs avec cinq autres acides aminés qui sont la valine, la tyrosine, l'isoleucine, la phénylalanine, et la leucine. Aussi, une carence ou un excès de tyrosine inhibera automatiquement le passage du tryptophane vers le cerveau.

Pourquoi devoir en consommer

Comme il a été mentionné plus tôt, le tryptophane est l'acide aminé essentiel précurseur de la sérotonine. De ce fait, il favorise la qualité du sommeil et aide à lutter contre les troubles dépressifs et les états d'anxiété. Pour les sportifs, c'est un acide aminé essentiel pour garder une bonne concentration durant les exercices, dont le but est de développer les muscles.

Quels avantages en consommant l'acide aminé

Pour beaucoup, l'absorption de tryptophane peut sembler ordinaire. Mais pour les athlètes, sa présence dans l'alimentation ou les compléments nutritionnels est plus que rassurant. Tout d'abord, il favoriser la qualité du sommeil et donc de la récupération. Il s'agit également d'un antidépresseur naturel, dont les effets positifs sont ressentis avant, pendant et après les contractions musculaires.

Quels aliments en contiennent

La composition nutritionnelle de chaque aliment est complexe. En revanche, certains aliments sont plus riches en tryptophane que d'autres. L'on retrouvera donc cet acide aminé dans les aliments suivants :

  • le riz complet, les viandes rouges et blanches et les produits laitiers
  • les oeufs, les protéines de soja et le poisson
  • les arachides, les légumineuses et les amandes
  • le chocolat, la banane, et la levure de bière

L'avantage avec cet acide aminé est que ses sources sont multiples. L'on peut donc varier intelligemment les plats pour s'assurer d'en disposer tous les jours.

Bien utiliser les acides aminés en musculation

Il est recommandé de consommer entre 500 et 2000 mg de tryptophane par jour, chez une personne adulte en bonne santé. Mais quand on pratique un sport, cet apport doit être revu au maximum de son seuil. Il est effectivement difficile de s'assurer de gagner en muscles et de perdre en gras en l'absence des protéines et des acides aminés dans l'alimentation. Mais lorsque le régime classique ne peut apporter cette dose, il est préférable alors d'opter pour la supplémentation. Idéalement, il faudra répartir les doses de compléments nutritionnels sur 4 prises dans la journée, que ce soit durant les jours d'entrainement ou de récupération. En effet, durant les jours de repos, les muscles prennent le temps de guérir des lésions, si bien qu'ils ont besoin de protéines et d'acides aminés pour se développer. Les prises se répartissent donc de ce fait à une dose avant l'entrainement, une autre après les exercices et une troisième avant le coucher. La quatrième est optionnelle et sera consommée de préférence au cours des entraînements.